Forum du site www.gore-france.com

Le site français entièrement consacré au gore sous toutes ses formes
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionGore France

Partagez | 
 

 26ème Festival d’Amiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Necro
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 761
Age : 33
Emploi : Webmaster Gore France / Monteur
Loisirs : Films Gores et Metal Extreme
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: 26ème Festival d’Amiens   Jeu 19 Oct - 15:55



Le 26ème Festival d’Amiens se tiendra du 10 au 19 novembre 2006.




Comme chaque année, il comportera une section "Compétition" et une section "Information", plusieurs hommages et rétrospectives ainsi que plusieurs rencontres professionnelles (11e Fonds d’Aide au Développement du Scénario - 15 et 16 novembre ; Cinéma en mouvement II - 16 novembre ; 17e Table ronde sur le droit d’Auteur et les cinéastes du Sud - 17 novembre).



La compétition internationale en deux temps

- 24 longs et courts métrages, fictions et/ou documentaires, du monde entier : avec une attention toute particulière aux créations d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine, soumis au Jury Officiel composé de cinq professionnels internationaux.

- Les Jeunes Auteurs en Europe, courts métrages proposés à un Jury d’étudiants de La fémis.



La sélection officielle

« Cinémas d’Afrique / Regards sur l’Afrique »
Ce programme en information de 20 courts et longs métrages, fictions et documentaires, cinéma et vidéo, permettra de faire le point sur les grandes tendances des cinémas d’Afrique durant les douze mois écoulés. Une place particulière sera accordée à la production africaine en numérique avec une programmation du Burkina Faso, du Nigéria, d’Ethiopie…dans le cadre d’Afrique en numérique III.

« Le Monde comme il va »
Le meilleur de la production récente, des inédits d’Europe, d’Asie et d’Amérique Latine. En fiction ou documentaire, le moyen de découvrir les expressions et identités culturelles les plus diverses. Avec notamment un focus sur le court métrage belge et d’Espagne (Freak).



HOMMAGES


GUILLERMO DEL TORO

Réalisateur,
Mexique

Doña Lupe, 1985, cm
Cronos, 1993
Mimic, 1997
Blade II, 2002
L’Échine du diable, 2002
Hellboy, 2004
Le Labyrinthe de Pan, 2006

Porté dès sa jeunesse vers le cinéma fantastique et d'horreur, Guillermo del Toro s'est nourri aux sources du cinéma de genre (de l'âge d'or du cinéma mexicain aux classiques de la Hammer). Depuis son tout premier court métrage présenté à Amiens en compétition Doña Lupe (1985) jusqu'au Labyrinthe de Pan, le cinéma de Guillermo del Toro est un aller-retour permanent entre film à succès hollywoodien (Mimic, Blade II, HellBoy) et cinéma latino coproduit entre Mexique et Espagne (Cronos, L'Échine du diable, Le Labyrinthe de Pan).
L'année où le Festival d'Amiens propose une belle rétrospective sur les studios Hammer, il nous a paru pertinent d'aller chercher du côté des héritiers contemporains de Terence Fisher, Roy Ward Baker ou Val Guest. En même temps et en complément de programme, le Festival d'Amiens offrira quelques plaisirs rares venus du cinéma d'horreur mexicain avec des titres de Fernando Mendez, d'Alfonso Corona Blake...



PEN-EK RATANARUANG

Réalisateur,
Thaïlande

L'intégrale, en sa présence (du 10 – 14 novembre inclus)

Fun Bar Karaoké, 1997
6ixtynin9, 1999
Monrak Transistor, 2001
Last Life in the Universe, 2003
Vagues invisibles, 2006

Pen-ek Ratanaruang a longtemps eu la réputation d’être le gourou de la comédie noire thaïlandaise. Tous ses personnages principaux semblent secoués et emportés par le destin : que leurs rôles aient été conçus dès l’écriture du scénario ou lors du repérage puis du tournage. Cela tient autant de sa conception du cinéma que de l’échange permanent établi avec Chris Doyle, son directeur de la photo fétiche (notamment dans la confrontation à l’espace) ou avec Tadanobu Asano, son acteur-vedette (le Johnny Depp de la nouvelle vague japonaise). Tout au long de ses cinq films Pen-ek Ratanaruang manie l’humour noir avec la conviction discrète d’un cinéaste qui se méfierait de son propre regard comme des théories sur le cinéma. Ses films sont autant de voyages à l’intérieur d’univers aux voies étranges qu’il se plaît à nous faire visiter. Sans à priori et en toute liberté.



JILALI FERHATI

Réalisateur,
Maroc

L'intégrale en sa présence (du 15 au 18 novembre)

Une brêche dans le mur, 1977
Poupées de roseau, 1981
La Plage des enfants perdus, 1991
Chevaux de fortune, 1995
Tresses, 2000
Mémoire en détention, 2004

Sociologue de formation puis comédien et metteur en scène, Djilali Ferhati est venu naturellement au cinéma. Après avoir réalisé deux courts-métrages, il co-écrit et réalise avec son épouse Farida Benlyazid Poupées de Roseau, film qui marquera pendant longtemps le renouveau du cinéma marocain. Avec lucidité et tendresse, Djilali Ferhati entame un long voyage dans la culture populaire marocaine et dans les moments marquants ou douloureux de sa mémoire. S’attachant aux personnages ordinaires confrontés à une société en mutation, il prend le temps de l’observation poétique des corps. À l’heure de la maturité, Djilali Ferhati est l’une des personnalités les plus marquantes du cinéma marocain. Il vit à Tanger.



MARIO BRENTA

Réalisateur,
Italie

En sa présence (14, 15 et 16 novembre)

Vermisat, 1974
Effet Olmi, 1982
Robinson en lagune, 1985
Maicol, 1988
Barnabo des montagnes, 1994

L’œuvre de fiction de Mario Brenta ne comporte, malgré le succès international rencontré à Venise ou à Cannes, que trois longs métrages. Son engagement permanent tient à sa proximité avec la démarche d’Ernano Olmi et son approche originale (voire unique) du documentaire. Cofondateur d’Ipotesi cinéma, une école qualifiée souvent de non-école, Mario Brenta pose tout apprentissage du cinéma comme réflexion et regard sur le monde. Le Festival d’Amiens et la Société française d’anthropologie visuelle proposent un programme organisé en deux volets, un hommage à Mario Brenta et une « leçon » de cinéma autour de son œuvre dans le cadre d’Ipotesi cinéma.


RÉTROSPECTIVES

Les « grands studios du monde »
Le Festival d’Amiens poursuit son exploration des grands studios du monde en proposant en 2006 de visiter les studios Hammer (Royaume-Uni) et ceux d’Erevan (Arménie).


La HAMMER FILMS (Royaume-Uni)
La Hammer Films fut plus qu’une parenthèse enchantée dans le cinéma britannique. Des années 30 jusqu’aux années 70, cette maison de production a nourri le monde de son goût pour le fantastique gothique et en a renouvelé les mythes (Dracula, Frankenstein, Dr. Jekyll et Mister Hyde, le Loup-Garou, la Momie, le Fantôme de l’Opéra, etc.). La force du studio est d’avoir constitué une équipe d’artisans de génie à même de forger un style flamboyant. Au cœur de cet âge d’or, le réalisateur Terence Fisher en a posé les bases dramatiques et esthétiques : le classicisme rigoureux de sa mise en scène touche à l’essence même du cinéma. Loin de se réduire aux genres dont ils sont issus ou aux conditions parfois drastiques de leur production, des titres comme le Cauchemar de Dracula ou la Nuit du loup-garou comptent parmi les plus beaux films de l’histoire du cinéma. Mais le genre fantastique est l’arbre qui cache une forêt plus profonde qu’on ne l’imagine, la Hammer ayant investi à peu près tous les genres du cinéma populaire, du thriller psychologique à la comédie loufoque en passant par le film de guerre, de cape et d’épée ou l’exotisme préhistorique. Elle a accueilli des visiteurs de prestige (Robert Aldrich, William Castle, Joseph Losey, Monte Hellman) et a permis à d’autres de s’épanouir (Roy Ward Baker, Val Guest, Freddie Francis, John Gilling, Peter Sasdy). Quelques acteurs, comme Christopher Lee ou Peter Cushing, sont désormais des figures légendaires que le jeune public a pu redécouvrir dans les films des héritiers avoués de la Hammer : George Lucas et Tim Burton aux États-Unis, Peter Jackson ou Guillermo del Toro, sur d’autres continents cinématographiques.
Le Festival d’Amiens proposera un voyage dans cette rare diversité et dans les genres touchés par les Studios Hammer. En présence d’invités comme Martine Beswick et Jimmy Sangster…


PROGRAMME HAMMER :

Terence Fisher
- Stolen Face (1951)
- The Curse of Frankenstein (Frankenstein s'est échappé, 1957)
- Dracula (Le Cauchemar de Dracula/Horror of Dracula : titre américain, 1957)
- The Curse of the Werewolf (La Nuit du loup-garou, 1960)
- Frankenstein Must Be Destroyed (Le Retour de Frankenstein, 1969)
- The Mummy (La Malédiction des pharaons, 1959)
- Frankenstein and the Monster from Hell (Frankenstein et le monstre de l’enfer, 1973)

Val Guest
- The Quatermass Xperiment (Le Monstre, 1955)
- Yesterday's Enemy (Section d'assaut sur le Sittang, 1959)

Roy Ward Baker
- Quatermass and the Pit (Les Monstres de l'espace, 1967)
- The Vampire Lovers (1970)
- Docteur Jekyll and Sister Hyde (Docteur Jekyll et Sister Hyde, 1971)

Freddie Francis
- Nightmare (Meurtre par procuration, 1964)

Joseph Losey
- A Man on the Beach (1955, court métrage)
- The Damned (Les Damnés/These Are the Damned : titre américain, 1963)

John Gilling
- Reptile (La Femme reptile, 1966)

Don Chaffey
- One Million Years B.C. (Un million d’années avant J.C., 1966)

Peter Sasdy
- Hands of the Ripper (La Fille de Jack l’éventreur, 1971)

Seth Holt
- Taste of Fear (Hurler de peur, 1961)
- The Nanny (Confession à un cadavre, 1965)

Cyril Frankel
- Never Take Sweets from a Stranger (1960)



LES STUDIOS ARMENFILMS (EREVAN)

Créés en 1924, sous le nom de Haïkino (ou Armenkino), les studios arméniens deviennent en 1938 les « studios d’Erevan » puis en 1957 « ArmenFilms/Haïfilms ». À la mort du pionnier du cinéma arménien Amo Bek-Nazarov en 1965, son nom est donné aux Studios ArmenFilms/HaïFilms. Ces studios, qui ont traversé toute l’ère soviétique, ont pendant longtemps porté la richesse de la tradition culturelle et de l’identité arméniennes. La relation au sacré et à la terre (les montagnes en particulier) comme la musicalité d’une langue toujours réaffirmée ont fait de ces studios le vecteur d’une culture toujours marquée par la mémoire du génocide.


Années 1925-1945
- Chor et Chorchor de Amo Bek-Nazarov, 1926
- Zanguezour de Amo Bek-Nazarov, 1938

Années 1950
- La chanson du premier amour de Laerte Vagharchian et Iouri Yerzinkian, 1958

Années 1960-70
- Bonjour c'est moi de Frounzé Dovlatian, 1965
- Le Triangle de Henrik Malian, 1967
- Sayat Nova (Couleur de la Grenade) de Sergueï Paradjanov, 1969
- Nous sommes nos montagnes de Henrik Malian, 1969
- Le Chaos de Laerte Vagharchian, 1973
- Nahapet de Henrik Malian, 1977

Années 1980-1990
- Le Tango de notre enfance de A. Mekertitchian, 1984
- Le noyer solitaire de Frounzé Dovlatian, 1986
- Nostalgie de Frounzé Dovlatian, 1990
- Pradjanov, le dernier collage de R. Kevorkiantz et K.Hamel, 1995


Rétrospective « Le cinéma Thaïlandais des années soixante-dix »
La véritable naissance du cinéma thaïlandais contemporain se situe au début des années soixante-dix, elle a coïncidé avec un renouveau des techniques et une transformation du statut du cinéaste. Une sélection de films pour comprendre ce tournant.

- Thon de Piak Poster, 1970
- Chu (L'Amant) de Piak Poster,1973
- Thepthida rongraem (La Madone du bordel) de M. C. Chatri Chalerm Yukhol,1974
- Khwanirak khrang sut thai (Le Dernier Amour) de M. C. Chatri Chalerm Yukhol, 1975
- Khon phukhao (Ceux des montagnes) de Wichit Kounavudhi, 1979
- Phlae kao (La Cicatrice) de Cherd Songsri, 1977
- Luke-san de Vichit Kounavudhi, 1982

PANORAMA

Panorama du cinéma colombien
Une sélection de films pour exprimer les grandes tendances du cinéma en Colombie (dont les co-productions) depuis la relance du soutien à la production en l’an 2000.

- Soplo de vida de Luis Ospina, 1999
- Bolivar soy yo de Jorge Ali Triana, 2000
- Kalibre 35 de Raul Garcia, 2000
- Como el gato y el raton (Dans l’obscurité) de Rodrigo Triana, 2002
- La primera noche de Luis Alberto Restrepo, 2003
- La sombra del caminante de Ciro Guerra, 2004
- Sumas y restas de Victor Gaviria, 2004
- Maria, llena eres de gracia (Maria pleine de grâce/Maria Full of Grace ) de Joshua Marston, 2004
- El rey de Antonio Dorado, 2005
- Rosario tijeras (Rosario) de Emilio Maillé, 2005

Voyage au cœur des musiques populaires et sacrées du Maroc avec la réalisatrice Izza Genini
Un travail de fond sera mené par le Festival sur les racines des traditions musicales marocaines à travers les films réalisés depuis plus de quinze ans par Izza Genini et regroupés dans la série Maroc, corps et âmes : Cantiques brodés - Des Luths et délices - Gnaouas - Vibrations en Haut-Atlas - Aïta - Rythmes de Marrakech - Louanges …

ÉVÈNEMENTS

Ciné-concert Verdun, visions d’histoire de Léon Poirier (1928)
Projection en association avec la Cinémathèque de Toulouse et la Fondation Gan pour le Cinéma du film muet Verdun, visions d’histoire de Léon Poirier le samedi 11 novembre 2006 sur un accompagnement musical d’André Petiot.

La leçon de cinéma de Maurice Failevic
Un auteur dont l’œuvre a été tournée pour la télévision. Avec quelques classiques comme 1788, Le Cheval vapeur, Sur un même bateau…

Jean-Jacques BEINEIX – 13 et 14 novembre
Rencontre autour du livre "Les Chantiers de la gloire". Animation de la rencontre par Jean-pierre Bergeon (critique de cinéma et Président du Festival d'Amiens) et Anne Martelle (Librairie Martelle et responsable des "Jeudis du Livre"). La rencontre sera suivie d’une vente signature du livre.
Présentation de « Roselyne et les lions » (version intégrale), « Assigné à résidence », « IP5 », …

Benoît DELEPINE et Gustav KERVERN – le 14 novembre
Présentation du film « Avida » - Partenariat avec le Festival de Groland

« Les classiques de la Hammer »
Une exposition d’affiches de la collection Bernard Martinand du 10 au 19 novembre à la Maison de la Culture d’Amiens

Autour de Germaine Dulac
En hommage à Germaine Dulac, productrice et réalisatrice, pose d’une plaque sur sa maison natale rue Dufour à Amiens.
« Searching for Germaine Dulac », du 10 au 19 novembre à la Maison de la Culture d’Amiens, exposition de photographies originales d’Eric Bouttier.
Exposition de documents (affiches, photos de tournage, portraits) rassemblés par Anne Imbert, auteur d’un documentaire sur Germaine Dulac qui sera diffusé durant le Festival. Du 10 au 19 novembre à la Maison de la Culture d’Amiens

Vente aux enchères d’affiches du cinéma d’horreur
Samedi 18 novembre à 15 heures à la Maison de la culture d’Amiens : vente publique d’affiches rares du cinéma d’horreur.


------------------------------

Attachés de presse : Thierry Lenouvel, Claire Viroulaud
Ciné Sud, 130 rue de Turenne, 75003 Paris ; Tél. 01 44 54 54 77 ; Fax 01 44 54 05 02 ; E-mail : cine-sud@noos.fr
Festival international du film d’Amiens, c/o MCA, place Léon Gontier, 80000 Amiens
Tél. 03 22 71 35 70 ; Fax 03 22 92 53 04 ; E-mail : contact@filmfestamiens.org ; Site web : www.filmfestamiens.org

_________________

EXPLICIT GORE IS WHAT I NEED

Necro
,

Webmaster du site www.gore-france.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gore-france.com
Necro
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 761
Age : 33
Emploi : Webmaster Gore France / Monteur
Loisirs : Films Gores et Metal Extreme
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: 26ème Festival d’Amiens   Lun 30 Oct - 19:37

Jimmy Sangster sera présent du 14 au 19 novembre au Festival d'Amiens.

_________________

EXPLICIT GORE IS WHAT I NEED

Necro
,

Webmaster du site www.gore-france.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gore-france.com
 
26ème Festival d’Amiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1 & 2 Juin 2013] Festival de la BD d'Amiens
» Astérix invité au festival BD 2011 (Auchan)
» Ldoll Festival à Lyon le 9 et 10 octobre 2010
» Sortie au Festival photo nature de Namur le 16 octobre 2010
» Festival de bande dessinée de Renaison (Roanne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du site www.gore-france.com :: Gore France :: Promotion-
Sauter vers: